À propos...

 

Après une quinzaine d’années à travailler pour la protection de la nature comme chercheuse en écologie, j’ai eu besoin de créer avec mes mains des objets et de m’ancrer sur un territoire. Finis les salles de réunion et les rapports  ! Je me suis formée pendant un an à l’École Nationale d’Osiériculture et de Vannerie, une des deux seules écoles de vannerie encore existantes en Europe. Je suis installée depuis le printemps 2019 dans le Trièves, au sud de Grenoble.

 

J’utilise comme base de mon travail les techniques classiques de vannerie française d’osier. Ce sont la vannerie en plein et la vannerie ajourée, sur des bases rondes, ovales ou rectangulaires. A partir de cela, je fabrique des paniers traditionnels ou crée mes propres modèles, notamment pour répondre à des besoins propres à notre époque. J’utilise de l’osier cultivé en France, principalement de l’osier brut non écorcé, en jouant avec les différentes variétés, aux teintes et textures distinctes. J’ajoute à mes vanneries du cuir, notamment pour faire les anses et les poignées. J’ai aussi appris d’autres techniques traditionnelles (notamment la vannerie de pêche méditerranéenne et le zarzo, une technique espagnole) dont le rendu très graphique donne des créations contemporaines légères.

 

Mon envie est de réhabiliter un matériau local et renouvelable, l’osier, et de proposer des objets à la fois utiles, solides, élégants et contemporains. Cet hiver, je planterai ma propre oseraie, cultivée en agriculture biologique, qui sera productive d’ici 3 ans. Une certaine cohérence avec mon premier travail dans la protection de la nature en fait  !